#GiletsJaunes

#GiletsJaunes

Manifestations

Gilets jaunes en procès : « Pour les magistrats, les pressions sont palpables, comme lors des périodes d’attentats »

Par Nolwenn Weiler

Des milliers d’interpellations et de gardes à vues, des centaines de procès en comparutions immédiates : depuis le début du mouvement des gilets jaunes, les magistrats sont particulièrement sollicités. Jugent-ils de manière équitable les gilets jaunes accusés de violences ou de dégradations qui leur sont présentés ? Comment appréhender la réalité d’une « participation à un groupement en vue de commettre une exaction », motif de plus en plus utilisé pour poursuivre des manifestants ? Les juges obéissent-ils aux pressions pour multiplier les interdictions de manifester ? Réponses avec la magistrate Anne-Sophie Wallach.

Gilets jaunes

« Les interdictions de manifester sont des peines politiques, qui posent un vrai problème démocratique »

Par Nolwenn Weiler

Des dossiers vides reposant exclusivement sur la version policière, des gardes à vue sans avocat et des comparutions immédiates qui s’enchaînent, le tout débouchant sur des peines sévères – y compris pour des personnes jusqu’alors inconnues de la justice : pour Laurence Roques, présidente du Syndicat des avocats de France, le traitement judiciaire des gilets jaunes relève d’une justice d’« abattage » accompagnant la répression menée par le pouvoir exécutif. « Dans ces conditions, la colère sociale ne peut pas retomber », prévient dores et déjà l’avocate. Entretien.