45 000 emplois menacés selon la CGT

Plans « sociaux »

par Nadia Djabali

La CGT a remis à Jean-Marc Ayrault une liste de 45 000 emplois menacés [1]. Le secteur automobile est le plus touché : Peugeot perdrait 11 800 emplois d’ici à 2014, l’usine de Sandouville de Renault (Seine-Maritime) 1 250. L’usine de la General Motors à Strasbourg, mise en vente, devrait liquider 1 000 emplois. Les équipementiers et sous-traitants sont aussi concernés : 1 354 postes à Amiens chez le fabricant de pneus Good Year. Chez Sealynx à Charleval (Eure), 550 postes sont sur la sellette.

D’autres secteurs comptent « restructurer » allègrement : Air France a annoncé une baisse d’effectifs de 5 000 salariés. 800 postes sont menacés à la SNCM. Le secteur bancaire n’échappe pas à la saignée : 880 départs volontaires à la Société générale. Dans le secteur du commerce, figurent Carrefour (de 3 000 à 5 000 emplois), en partie détenu par des fonds d’investissement, la Fnac (300), Conforama (288), Leader Price (87).

Les trois régions les plus touchées sont l’Île-de-France, avec plus de 20 000 suppressions d’emploi, Rhône-Alpes, avec plus de 8 500 postes, et le Nord-Pas-de-Calais, avec environ 7 800 salariés. Les chiffres avancés par la CGT sont considérés comme réalistes par Michel Sapin, le ministre du Travail. Du boulot en perspective pour le nouveau gouvernement.